Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Articles récents

LUX MATERIA, photographies par Eric Le Berder

2 Août 2022 , Rédigé par l'Espace Orlando

Photographies par Eric Le berder
Photographies par Eric Le berder
Photographies par Eric Le berder
Photographies par Eric Le berder

Photographies par Eric Le berder

Exposition et vente à l’Espace Orlando.

Communiqué pour la presse

 

Place de l’Eglise

Saint-Jean-Lespinasse, Lot (46 400) Du samedi 9 au dimanche 31 juillet 2022.

Entrée libre Téléphone : 05 65 38 74 33 – site Internet : http://espaceorlando.over-blog.fr Parking / Accès aux personnes à mobilité réduite

Du 9 au 31 juillet 2022, tous les jours sauf lundi, de 15 à 19 heures

« LUX MATERIA, mystère de la lumière »

par Eric Le Berder

Inspiration : 

Le travail photographique d’Eric Le Berder est basé sur les jeux d’ombres et de lumières, et ceux des reflets sur les objets, sur les matières. Les images qui retiennent son attention lui viennent souvent de cadrages très serrés sur le sujet, faisant ainsi se perdre tous repères et rapports d’échelle. Il joue aussi avec la paréidolie, mettant en conflit les yeux et l’interprétation que fait le cerveau des images vues. La paréidolie est une sorte d’illusion d’optique qui consiste à associer un stimulus visuel informe et ambigu à un élément clair et identifiable, souvent une forme humaine ou animale

Le Berder a abordé plusieurs thèmes et variantes de ses recherches photographiques à l’occasion d’expositions, notamment à la Maison des Consuls de Saint-Céré, au sein du collectif “Les peintres de l’Atelier” qu’il a rejoint depuis quelques années.  

Technique : 

Eric Le Berder a développé une technique de retouche de la photographie numérique utilisant un stylet avec une palette graphique qui donnent un aspect “peinture” à ses prises de vue. Puis il fait réaliser un tirage numérique sur une plaque d’aluminium brossé. Le sujet acquiert ainsi une brillance qui rehausse les couleurs, en fonction de la lumière ambiante ou de l’éclairage. 

Le Berder propose aux visiteurs de la présente exposition une généreuse sélection de ses œuvres, en plusieurs formats. Certaines vues sont « animées » de personnages photographiés lors de ses voyages. La plupart sont étonnamment non-figuratives, voire confinant à l’abstraction. 

Au-delà de la maîtrise technique, chez Eric Le Berder il y a avant tout l’œil du photographe et une capture exceptionnelle de l’instant, de la couleur, des proportions. Il a l’acuité de la perception, et le sens inné du détail, de l’animation par l’image pourtant fixe. Il nous transmet sa propre émotion, nous faisant partager sa joie de vivre, sa joie de découvrir ce qui était invisible pour le passant qui n’aurait perçu qu’un mur, une vitrine, une flaque d’eau banale.

Ce photographe de l’imperceptible ou du détail nous ouvre les portes d’un univers dont lui seul a les clés. Il nous fait partager sa version de ce que nous n’avions pas vu ; toujours avec le même enthousiasme réconfortant qui contraste avec notre monde en demi-teinte.

Expositions précédentes

à la Maison des Consuls ; Saint-Céré, Lot.

2016 : MAJORELLE : Les Jardins bleus

2017 : CHROMA Les Couleurs de Rome

2018 : MOROCCOLOR Les couleurs du Maroc

2019 : AQUALUX Histoires d’eau et de lumière

2021 : ARTéFACT Lumière et matière

 

2021 : « JOCONDES INSOLITES » exposition collective à l’Espace Orlando à Saint-Jean Lespinasse (46)

Photographies par DANIEL ROBLIN

2 Août 2022 , Rédigé par l'Espace Orlando

Daniel ROBLIN - Portraits, rencontres de pays lointains / Paysages du Limousin.
Daniel ROBLIN - Portraits, rencontres de pays lointains / Paysages du Limousin.
Daniel ROBLIN - Portraits, rencontres de pays lointains / Paysages du Limousin.
Daniel ROBLIN - Portraits, rencontres de pays lointains / Paysages du Limousin.
Daniel ROBLIN - Portraits, rencontres de pays lointains / Paysages du Limousin.
Daniel ROBLIN - Portraits, rencontres de pays lointains / Paysages du Limousin.
Daniel ROBLIN - Portraits, rencontres de pays lointains / Paysages du Limousin.
Daniel ROBLIN - Portraits, rencontres de pays lointains / Paysages du Limousin.
Daniel ROBLIN - Portraits, rencontres de pays lointains / Paysages du Limousin.

Daniel ROBLIN - Portraits, rencontres de pays lointains / Paysages du Limousin.

INSTANTS - œuvres photographiques de DANIEL ROBLIN

2 Août 2022 , Rédigé par l'Espace Orlando

Exposition et vente à l’Espace Orlando. 

ESPACE ORLANDO Place de l’Eglise Saint-Jean-Lespinasse, Lot (46 400).

Entrée libre Téléphone : 05 65 38 74 33 – site Internet : http://espaceorlando.over-blog.fr Parking / Accès aux personnes à mobilité réduite. Le bâtiment, dans lequel la circulation est aisée pour tous les visiteurs (monte-personne disponible), est doté de volumes d’exposition sur 3 niveaux.

Du 6 août au 4 septembre 2022, tous les jours sauf lundi, de 15 à 19 heures

« INSTANTS – œuvres photographiques » par Daniel ROBLIN

Daniel ROBLIN revient à l’Espace Orlando. Sa première exposition personnelle de photographies y fut présentée pendant l’été 2015. Depuis cette date, les expositions se sont multipliées (église de la Madeleine à Paris, plusieurs lieux à Brive-la-Gaillarde, Toulouse, Bordeaux, etc.). Il fut l’invité d’honneur de plusieurs festivals d’art photographique. Certaines de ses photographies ont été acquises par la presse et d’autres feront le tour du Monde avec le Groupe F ainsi que d’autres compagnies internationales de spectacles vivants.

Daniel ROBLIN est né à Vitry-sur-Seine, Val de Marne, en 1953. Il demeure en Corrèze. Les vacances de l’enfance chez un oncle pépiniériste, donneront à Daniel ROBLIN le goût d'aller voir ailleurs s'il existe ciel plus clément et des horizons plus verdoyants que ceux des zones urbaines de la région parisienne. Plus tard, il n'hésitera pas à ouvrir une galerie d'art en pleine campagne, avec le ferme objectif de toucher l'art et les artistes de plus près. Pendant six années avec son épouse Kedie, leur lieu de vie sera aussi celui de l’accueil d’un public varié dont de nombreux enfants de la région. C'est à ce moment que son propre jardin devient matière à expérimenter les techniques acquises et les sculptures d'artistes se mêleront à des créations personnelles. En 2005, il lui est demandé de photographier le festival Ecaussystème, à Gignac dans le Lot. L'inquiétude des premiers pas dans ce nouveau rôle fait place à un réel plaisir. Le spectacle vivant, comme celui du festival d'Aurillac, dans le Cantal, deviendra un sujet de prédilection. Mais ROBLIN ne se satisfait pas d'être spectateur. Il découvre que l'objectif peut permettre une relation à l'autre. Cette relation peut avoir été longuement souhaitée, lors d'un séjour chez les Hamers d'Ethiopie, par exemple. La même relation peut spontanément exister le temps d'un instant fugitif lors d'un concert ou devant un jeu théâtral.

Des voyages lointains, hors des chemins touristiques, seront riches de rencontres, au contact de personnes souvent restées anonymes, vues et photographiées dans leur intimité, leur quotidien, leur univers familier, ou leurs jeux, quand il s’agit d’enfants. Les pays visités – Rwanda, Yémen, Madagascar, Inde, Birmanie, etc.- ne sont pas ceux des circuits touristiques les plus populaires, et dans tous les cas Daniel et Kedie voyagent le sac sur le dos, se déplacent à pied ou avec les transports disponibles pour la population. Grand « baroudeur » au plus proche des populations qu’il découvre, Daniel ROBLIN invite à partager des portraits empreints de dignité, de compassion et d’humanité. Et souvent, très souvent, le regard du sujet est celui de l’échange, lors de la rencontre. Le regard est certainement celui de l’adulte ou de l’enfant que Daniel Roblin a su mettre en confiance ; car il ne l’aura pas agressé par sa présence ou celle de son appareil ; il l’aura d’abord approché avec bienveillance, établissant un dialogue de connivence, parfois muet car il n’y aura ni langage ni vocabulaire commun. « Pour moi chaque regard est une histoire, un bout d’humanité qu’il faut savoir se laisser conter ». Daniel Roblin. Dans un autre domaine il est récemment sollicité par une maison d’édition, pour illustrer six livres sur les sites et paysages remarquables du Limousin, de la Creuse, du Périgord, etc. L’exposition « INSTANTS » se partage alors très harmonieusement entre portraits émouvants de peuples lointains d’une part, et sites, panoramas plus proches de nous, d’autre part, magnifiés par la capture d’une lumière, d’un angle de vue insolite ou tout simplement d’une splendide harmonie de couleurs révélées par le photographe qui aura saisi l’INSTANT magique. Car dans tous les cas, que ce soit pour un paysage ou un portrait, le photographe n’aura réalisé qu’une seule prise de vue.

Une photographie par Daniel Roblin, c’est avant tout le reflet d’une émotion, l’intensité d’un moment saisi dans tout ce qu’il révèle de chaleur, de spontanéité, parfois de tristesse. Ses clichés sont connus, appréciés et collectionnés pour l’élégance et l’harmonie qu’ils dégagent.

L’exposition « INSTANTS » : une véritable invitation à l’émotion

Quelques oeuvres de Georges CUEILLE

31 Mai 2022 , Rédigé par l'Espace Orlando

Quelques oeuvres de Georges CUEILLE
Quelques oeuvres de Georges CUEILLE
Quelques oeuvres de Georges CUEILLE
Quelques oeuvres de Georges CUEILLE

EXPOSITION "PAYSAGES" de Georges CUEILLE et hommage à Peter et Denise ORLANDO

31 Mai 2022 , Rédigé par l'Espace Orlando

La commune de Saint-Jean-Lespinasse et l’Espace Orlando vont honorer trois artistes. Du 23 avril au 8 mai, les portes du bâtiment situé sur la place de l’église seront ouvertes chaque après-midi pour présenter à la fois Georges CUEILLE et le couple Peter et Denise ORLANDO.

Le premier vit et travaille sa peinture à Saint-Jean-Lespinasse depuis 1960. Pendant six années il a tenu un atelier de céramique à Saint-Céré. Puis s’est consacré à la peinture, tout en assurant des missions de l’O.N.U. pour développer l’art local en Afrique, en Amérique Latine. En 1992 avec son épouse Maïa il crée le GROUPE DES CESARINES, une réunion de sept peintres professionnels de leur entourage, afin d’organiser collectivement des expositions dans le Lot et en Corrèze, jusqu’en 2002.

Dans l’exposition présentée à l’Espace Orlando, où tous les tableaux de Georges CUEILLE seront à vendre, outre les paysages, se trouvent quelques compositions non figuratives, ainsi que des sujets fleuris.

Les seconds sont décédés et ont laissé à la postérité, avec la complicité de la commune, un lieu d’exposition qui porte leur nom, ainsi que de nombreux tableaux et des céramiques de leur production. En 2021 ils auraient eu cent ans. Un hommage leur est rendu par une présentation extraite du fonds de leur donation, et quelques évocations de leur vie de couple uni depuis la libération de Paris après la Seconde Guerre Mondiale, qui vit débarquer l’Américain Peter Orlando.

Place de l’Eglise

Saint-Jean-Lespinasse, Lot (46 400). Du samedi 23 avril au dimanche 8 mai 2022. De 15 à 19 heures.

Entrée libre

Téléphone : 05 65 38 74 33

A L'AFFICHE en 2021

14 Janvier 2021 , Rédigé par l'Espace Orlando Publié dans #article

Du 3 juillet au 31 août 2021

 « JOCONDES INSOLITES.

Mona Lisa, hommages et détournements »

La Joconde, des Jocondes ? On ne présente plus la Joconde ?

LA JOCONDE, Mona Lisa, de Leonard de Vinci, sera-t-elle exposée à l’Espace Orlando de Saint-Jean-Lespinasse ? Eh non ! Elle n’est pas disponible, bien encadrée, bien protégée, bien visitée, au musée du Louvre, à Paris !

Mais des Joconde(s), il y en aura beaucoup, du 3 juillet au 31 août 2021.

Des Jocondes insolites, des Jocondes originales, des Jocondes en peinture, en photographie, en sculpture, en dessin, et autres supports parfois inattendus.

Et seront présentés également des détournements de son image par la caricature, la publicité, l’objet souvenir ou l’objet bibelot, l’objet domestique.        

Après votre visite à l’Espace Orlando, vous ne regarderez plus jamais la Joconde comme avant !

Puis vous pourrez la revoir chez vous : car nombre de Jocondes seront proposées à la vente, créées pour la plupart à l’occasion de cette exposition.

A L'AFFICHE en 2021

Saison 2020

7 Août 2020 , Rédigé par l'Espace Orlando

Une exposition d'art était programmée à l'Espace Orlando pour les mois de juillet et août.

Le contexte sanitaire nous a empêché de la bien préparer, autant avec les artistes que les organisateurs et partenaires d'événements prévus.

Depuis l'année 2007 nous avons le plaisir de vous voir. Nous sommes au regret de ne pas vous accueillir cet été.

 

Exposition 2019

15 Mai 2019 , Rédigé par l'Espace Orlando

Exposition à l’Espace culturel Orlando.

du 13 juillet au 15 septembre 2019.

Entrée libre

Téléphone : 05 65 38 74 33 – site Internet : http://espaceorlando.over-blog.fr

 

Parking / Accès aux personnes à mobilité réduite

 

L’Espace Orlando présente selon les années des artistes contemporains d’expressions diverses, ainsi que l’œuvre du couple d’artistes Denise et Peter Orlando.

Le bâtiment, dans lequel la circulation est aisée pour tous les visiteurs (monte-personne disponible), est doté de volumes d’exposition sur 3 niveaux.

 

Du 13 juillet au 15 septembre, tous les jours sauf lundi, de 15 à 19 heures

 

 « Pigments : poussières du soleil »

 

Peintures de Gilles Sacksick

 

Gilles Sacksick est animé d’une sorte d’énergie permanente, celle qui sans cesse le confronte avec plaisir au besoin de créer, par la peinture, un monde poétique. A peine sorti au printemps de cette année 2019, d’une exposition tout à fait inédite à Carennac, village baigné par la Dordogne, il se remet à l’ouvrage. Il propose à présent aux visiteurs et amateurs d’art un nouvel univers de peintures, à l’Espace Orlando, du 13 juillet au 15 septembre.

Sur les trois étages de ce lieu bien connu au nord du Lot, sont accrochés nombreux tableaux et lithographies, que l’artiste aura sélectionnés parmi ses œuvres récentes, voire très récentes.

 

« Pigments, poussières du soleil » : tel est le titre de l’exposition. Il est inspiré d’une formule du photographe Robert Doisneau qui a longuement fréquenté Gilles Sacksick : « Nous constatons, nous les observateurs attentifs, qu’après une période où tu arrachais les fantômes blottis dans l’ombre, tu te mets aujourd’hui à jongler avec la poussière du soleil. »

Les pigments : un tableau de Sacksick, ce n’est pas un dessin préalable chargé ensuite de peinture ; ce sont des pigments qui sous la main de l’artiste sortent du petit pot où ils sont conservés, et comme par enchantement viendraient d’eux-mêmes composer un paysage, une nature morte ou un personnage. Le labeur du peintre semble absent ; les pigments aux subtiles nuances transmettent l’apparence d’une économie de moyens. Le sujet est presque évanescent ; il semble flotter sur la toile, même lorsqu’il s’agit d’un paysage ou d’un village. Il est figuratif, certes, mais parfois réduit à une évocation plus qu’une forme, il frise l’abstraction. Ce qui intéresse le peintre, c’est de voir apparaître, d’aider à apparaître, davantage que représenter : c’est un éclair, mais il sera un éclair durable.

Les poussières du soleil : il s’agit bien du soleil qui projette une lumière diffuse, jamais directe, sur les choses représentées. Il semblerait que les ombres soient absentes, au premier regard. Ces ombres qu’un peintre utilise pour accentuer le relief, en réalité chez Sacksick elles font tellement partie de l’existence même de l’objet sur la toile, qu’elles aussi ont une présence. Elles sont poussières et elles accompagnent plus qu’elles ne soulignent. Le soleil est forcément présent, mais il est partout à la fois !

Quelques oeuvres présentées par Gilles SACKSICK

Gilles Sacksick est né en 1942 dans le 10ème arrondissement de Paris, à une époque où l’économie de moyens et l’austérité morale s’imposaient, surtout dans une famille pauvre. Il en conserve à ce jour une inclination à la sobriété en toute chose et en particulier dans son art, qui trouve ses origines aux premières années de l’enfance. « Aussi loin que remontent mes souvenirs (et ceux de ma mère !) je dessine. Je dessinais tout : la vie qui m’entourait, celle que l’on me racontait. »

Les années 1979-1981 sont importantes dans sa carrière, celles pendant lesquelles il sera pensionnaire de la Casa Velasquez, à Madrid, en Espagne. Il exposera en France, en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis, au Japon. Depuis 1997 sa peinture est très remarquée dans le Lot et la Corrèze, à la galerie d’art du Casino de Saint-Céré, à Loubressac, à Brive-la-Gaillarde, à Carennac, Figeac ou Vayrac.

Nostalgique du Casino où le couple de galeristes Andrée et Pierre Delbos lui furent fidèles jusqu’en 2013, Gilles Sacksick a souhaité exposer à nouveau au plus près de ce lieu à présent fermé. La commune de Saint-Jean-Lespinasse et l’association Orlando sont flattées de lui ouvrir les portes de l’Espace Orlando.

 

Exposition 2018

16 Juillet 2018 , Rédigé par l'Espace Orlando

 

L’Espace Orlando, depuis sa création en 2007, a présenté des artistes contemporains d’expressions diverses ainsi que l’œuvre du couple d’artistes Denise et Peter Orlando.

Le bâtiment, dans lequel la circulation est aisée pour tous les visiteurs (monte-personne disponible), est doté de volumes d’exposition sur 3 niveaux.

 

Du 7 juillet au 2 septembre, tous les jours sauf lundi, de 15 à 19 heures

 

 « Jean Lurçat, ses amis, ses élèves »

 

En 2016, l’Espace Orlando a participé aux célébrations du cinquantenaire du décès de Jean Lurçat - dans le cadre de manifestations diverses en France (à Paris, Angers, Aubusson et dans le Lot, en particulier en Pays de Saint-Céré) et en Allemagne - avec une exposition de lithographies du maître. Cette année 2018, du 7 juillet au 2 septembre, l’Espace Orlando présente une exposition inédite, issue de ses recherches et d’un ensemble d’œuvres collectées par les membres du Jean Lurçat Museum d’Eppelborn, en Allemagne, un musée riche de nombreuses créations de l’artiste Français.

 

Il s’agit cette fois de réunir des gouaches, lithographies, gravures, peintures, dessins et des tapisseries, du maître Jean Lurçat et des artistes dont il fut proche.

 

                       

 

  • Au cours de sa carrière, Jean Lurçat a côtoyé de nombreux écrivains, intellectuels, artistes, autant à Paris qu’à l’occasion de ses voyages, et pendant ses années de semi-clandestinité lors de la Seconde Guerre Mondiale. Sa peinture et sa tapisserie seront souvent présentes en galeries, pour des expositions collectives ou thématiques. Pour l’exposition de l’Espace Orlando, « Jean Lurçat, ses amis, ses élèves » des gravures et lithographies de Georges Rouault, André Derain, Louis Marcoussis, Jean Picart Le Doux, Marc Saint-Saëns et autres artistes fréquentés par Jean Lurçat sont accrochées aux cimaises.

 

 

  • A Aubusson et aux Tours Saint-Laurent, Jean Lurçat eut de nombreux assistants – élèves, travaillant sous sa directive pour l’exécution des « cartons » (épreuves grandeur nature sur papier) qui servirent à réaliser des tapisseries en ateliers et manufactures. Parmi eux, certains menèrent une destinée artistique ; plusieurs sont également présents dans cette exposition. Des tapisseries de Michel Tourlière, et Dirk Holger alors jeune élève allemand de Jean Lurçat, sont présentes ; de même que des créations d’artistes restés dans le voisinage de Saint-Céré, tels que Pierre Delclaux, Claude Brizay ou François Mielvaque.

 

                     

 

 

Dom Robert (1907-1997), à l’époque jeune moine bénédictin en l’abbaye d’En Calcat, à Dourgne (Tarn), fut initié à la tapisserie par Jean Lurçat, en 1941. Il a produit de très nombreuses pièces, aux sujets foisonnants, inspirés de la faune et de la flore qu’il observait dans les paysages voisins de la Montagne Noire. Des tapisseries de sa création sont exposées dans la tour maîtresse de l’Atelier-Musée Jean Lurçat à Saint-Laurent-les-Tours, d’avril à fin septembre 2018, dans le cadre de l’exposition « Dom Robert, semeur de joies ». L’Espace Orlando présente simultanément deux lithographies de cet artiste. Ces œuvres sont prêtées par le Musée Dom Robert de Sorèze, dans le Tarn.

 

 

Quelques oeuvres présentées en 2018

 

Les expressions artistiques de Jean Lurçat (1892-1966) sont évidemment présentes, sous la forme de petites tapisseries, de céramiques et de lithographies. L’exposition réserve par ailleurs la surprise d’œuvres de sa mère Charlotte Lurçat et de Rossane Timotheeff, sa seconde épouse.

 

 

Jean Lurçat est né à Bruyères, Vosges, en 1892. Dès 1912 il fréquente à Paris les milieux artistiques, mais la Première Guerre Mondiale interrompt ses débuts professionnels car il est deux fois engagé dans le conflit. Dès la fin de la guerre la carrière de Jean Lurçat prend forme, l’artiste voyage en Europe, expose, se lie d’amitié avec des peintres et le monde du théâtre. En 1928 on le retrouve aussi bien en Italie qu’aux U.S.A. à New York. Il s’exprime par la peinture, la lithographie, le décor et les costumes de théâtre ; mais c’est surtout la tapisserie qui fera sa réputation, à partir de 1933. Les ateliers d’Aubusson et des Gobelins (Paris) exécuteront des tentures à partir de ses cartons ; les commandes officielles et les acquisitions vont se multiplier. La Seconde Guerre Mondiale ralentira inévitablement sa production. En 1945, après une période d’activité dans le « maquis », au comité de libération du Lot, il acquiert les Tours Saint-Laurent, qui dominent la petite ville de Saint-Céré ; il y élit résidence en alternance avec Paris. Dans le château il réalisera de nombreux cartons de tapisseries. Sa fréquentation des habitants des environs fera de l’artiste une figure locale et populaire. Une grande quantité de cartons qui serviront à réaliser des tapisseries sera exécutée dans les salles d’atelier que l’artiste aménagera dans sa nouvelle demeure. Jean Lurçat décède le 6 janvier 1966, à Saint-Paul-de-Vence. Simone Lurçat, sa veuve, fait don du château au département du Lot. Il deviendra « Atelier-musée Jean Lurçat » en juillet 1988 et sera ouvert à la visite chaque année. Simone Lurçat décède en 2009.

 

 

Commissaires d’exposition : Matthias Marx et Philippe J. Graziano

Expositions de la saison 2017

28 Juin 2017 , Rédigé par l'Espace Orlando

 

L’Espace culturel Orlando, depuis sa création en 2007, présente des artistes contemporains d’expressions diverses ainsi que l’œuvre du couple d’artistes Denise et Peter Orlando.

Le bâtiment, dans lequel la circulation est aisée pour tous les visiteurs (monte-personne disponible), est doté de volumes d’exposition sur 3 niveaux.

 

Du 1er au 28 juillet et du 2 août au 3 septembre.

tous les jours sauf lundi, de 15 heures à 19 heures

 

« Céramique Orla (1953-1968) »

Céramiques et design

 

Denise Orlando est décédée à Saint-Céré le 10 février de cette année, quelques jours avant de pouvoir célébrer son 96ème anniversaire. Pendant l’été la mezzanine de l’Espace Orlando est dédiée à la présentation d’une sélection de pièces de faïence de Peter et Denise Orlando, issues de la donation faite à la commune de Saint-Jean-Lespinasse en 2004, et de prêts de collectionneurs privés.

 

Nous sommes à Paris au début des années 1950. Après la guerre, la France se reconstruit. D'un côté, les pragmatiques bâtissent, relancent la production, l'industrie. D'un autre côté, les penseurs, les artistes, les intellectuels laissent épanouir leur propre renouvellement.

Les arts décoratifs, les métiers d'art qui souvent seront rattachés au « design », sont en plein essor. De nombreux céramistes perpétuent la tradition (poteries et faïences utilitaires, carrelages décoratifs ou fonctionnels), ou innovent avec des objets réinterprétés, de formes et couleurs inédites.

Peter Orlando (1921-2009) américain échoué en France, épouse au sortir de la guerre Denise Delgoulet, jeune Parisienne de son âge. Il mène de front sa carrière de peintre et avec son épouse une production de pièces d'usage en céramique: services pour la table, vases, lampes, tables basses. Très vite il se distingue par des formes non conventionnelles, par le mariage maîtrisé de motifs abstraits et de couleurs fortes. Dans les années 50 et 60, c'est à la mode, mais aussi d'avant-garde; il faut séduire une clientèle « éclairée ». L'atelier Parisien de céramique Orla ouvre en 1953 ; il sera fermé en 1968, car le succès commercial n’est pas au rendez-vous et la santé de Denise est menacée par l’atmosphère poussiéreuse de l’atelier. Peter Orlando aura alors toute latitude pour se consacrer exclusivement à la peinture. A présent, depuis deux décennies, les amateurs et les nostalgiques du design passé redécouvrent les créations céramiques du couple. Les pièces de faïence Orla, Orlando, sont cotées sur le marché de l’art et se font rares chez les antiquaires spécialisés.

 

 

voir l'album des céramiques Orla

autres céramiques de Peter et Denise Orlando                                                     

                                   

 

Le grand volume de la salle Orlando ainsi que l’Atelier, reçoivent successivement les expositions de deux artistes contemporains :

 

Du 1er au 28 juillet, tous les jours sauf lundi, de 15 heures à 19 heures

 

Bernard Coignard

« Des endroits où aller »

peinture

 

Bernard Coignard vit et travaille à Albi, Tarn.

 

Il s’exprime sur son art :

« Petit fils du peintre Louis-Jules-Albert Coignard (1867-1928), je passe mon enfance à Paris où ma mère m’emmène au concert le dimanche et trouve souvent refuge dans les musées de la capitale. J'y découvre les peintres classiques et modernes. Au collège, un professeur d'art plastique nous montre des films sur Giacometti, Soulages, Hartung. A quinze ans, l'amour fou d'une danseuse étoile du Bolchoï me dirige vers le conservatoire, la chorégraphie et l'enseignement de la danse contemporaine. Ces années avec le monde de la scène nourrissent mes compositions et mes installations. J'aime que le spectateur se sente accueilli, je préfère retirer une toile plutôt qu'en ajouter une, et créer une relation émotionnelle et poétique avec le monde.

 

Mes peintures ne peuvent être définies comme abstraites : elles sont des images subliminales, oniriques, de paysages vus, bien que je ne travaille pas sur le sujet.

 

Vitesse excitante de l'acrylique et patience apaisante de l'huile jalonnent mon travail que j’effectue avec des outils variés allant du petit couteau de peintre à larges spatules de bâtiment en inox, des tringles à rideaux, de longues baguettes de bois. Des brosses à papier peint, de gros pinceaux ronds et plats ainsi que de minuscules outils sont utilisés suivant mon inspiration.

 

Il y a une relation interdépendante très forte entre l'outil et le projet qui doit être maîtrisée. »

 

 

EXPOSITIONS RECENTES

Paris. « Carte blanche aux couleurs » Port-Royal (14ème) – Novembre 2014

Rabastens, Tarn. « Interstices » - Eglise Saint-Pierre-des-Blancs – Mars/Avril 2015

Paris. « Sarcler les couleurs » – Hôpital Georges-Pompidou – Oct/Nov 2015

Tarbes, Tarn. Conservatoire de musique et de danse – Janvier/Février 2016

Lescure d’Albigeois, Tarn. Chapelle Saint-Michel – Août/Sept 2016

Paris. Grand Marché d’art contemporain – Octobre 2016

Paris. Institut Médical Montsouris – Octobre 2016/Mars 2017

Réalmont, Tarn. Espace Intercommunal – Janvier/Février 2017

Aigues Mortes, Gard. « Sillonner ciel et terre ». Chapelle des Capucins.- Avril / mai 2017.

 

Site Internet de l’artiste : http://bernard-coignard.fr

 

voir l'album de Bernard Coignard :

 

 

 

Du 2 août au 3 septembre, tous les jours sauf lundi, de 15 heures à 19 heures

 

Yvonne Calsou

« Zones fragiles »

 

Yvonne Calsou vit et travaille à Toulouse, Haute Garonne.

 

Elle s’exprime sur son travail et cette exposition « Zones fragiles ».

« Mon travail artistique est une affaire de temps. Le temps passé, celui des souvenirs.  Ces souvenirs que l’on chérit et qu’à la moindre occasion, on ré-enchante, redessine, édulcore et ressasse avec  un brin de nostalgie comme pour occulter les plus sombres, ceux que l’on rêverait de ne pas avoir vécus et qui resurgissent parfois sans crier gare.

 

Le temps présent, cet instant brévissime, ce presque rien comme l’évoque Vladimir Jankélévitch, pris en sandwich entre « pas encore », et dans le « jamais plus ». Ce temps qui file en  laissant de son passage un «je ne sais quoi» insaisissable.

 

Mes outils sont multiples : le dessin, la photographie, les installations, la vidéo, le son, le livre d’artiste.

 

Mon vocabulaire plastique joue des mises en opposition : noir /blanc, ombre/lumière, opacité/transparence, intérieur/extérieur, apparition/disparition, matérialisation/dématérialisation,

son /image. 

 

Mon intention : interpeller le regard, bousculer les représentations, perturber les perceptions et surtout faire vivre l’art comme une expérience sensible de l’instant.

Cette exposition Zones Fragiles présentera des œuvres extraites des séries explorant les zones de mémoire à travers un travail sur la trace, l’altération liée au temps, l’effacement et la fragilité.

 

Nocturne : Cette série est basée sur la remémoration des paysages de mon enfance. Tel un oxymore, la lumière est au centre de cette série et l’obscurité, son pendant, le lieu même de projection symbolique entre dramatisation et mise en lumière. 

Nuit et brouillard, co-production les Ateliers des Arques/EHPAD de Catus, dans le Lot, cette série réalisée pendant une résidence d’artiste en présence des résidents poursuit la recherche formelle de la série nocturne tout en explorant aussi la question de l’effacement, la disparition de l’image, la trace.

Instantanés : basée sur le relevé d’ombres de mobilier de jardin, cette série  réalisée par « bleaching » (décoloration à la javel) tente de fixer ces images fugitives et évanescentes de la saison estivale.

 

Portraits d’arbres et Polyflore   

Ces deux séries sont entre représentation et impression entre carnets de nature, visions naturalistes et planches anatomiques ; formes et volumes apparaissent en fonction des traces laissées par les retraits du surplus d’encre et des zones d’évanescences où le dessin se dilue dans le blanc de la feuille laissant au regard le soin de compléter la forme. 

 

Houles:

 Recherche d’une force d’expression similaire à celle de la nature, cette série d’instants figés est aussi un questionnement sur la perspective où le vide s'immisce comme un appel à plonger dans le plein de la matière en mouvement. »

 

 

       

EXPOSITIONS INDIVIDUELLES RECENTES

2017 Œuvre dans l’espace public, L’ombre, friche de l’ancienne caserne Niel, Toulouse (31)

2016 Œuvre dans l’espace public, A la croisée des saisons, création  en résidence, Gourdon (46)

Galerie l’Acadie, Espaces avec figures absentes, Cajarc(46)

Galerie de l’atelier des Bains-Douches, Matière noire & poussière blanche, Saverdun (09)

2015 Milletiroirs/Centre Hospitalier du Pays d’Olmes, Points de vue, exposition de fin de résidence Lavelanet (09)

Exposition éphémère Matières Noires,  Marseille (13)

Les Ateliers des Arques/EPAHD de Catus, 9 semaines, 6jours et 3nuits, partie 2, exposition de fin de résidence, Les Arques (46)

2014 Les Ateliers des Arques/EPAHD de Catus), 9 semaines, 6jours et 3nuits, partie 1, exposition de fin de résidence Catus, (46)

 

Site Internet de l’artiste : http://yvonne-calsou.blogspot.fr

 

 voir l'album d' Yvonne Calsou

Décès de Denise Orlando

12 Février 2017 , Rédigé par l'Espace Orlando

Décès de Denise Orlando

Le vendredi 10 février 2017, Denise ORLANDO, bien affaiblie depuis quelques temps, nous a quittés dans sa 96ème année.

Nous l'avons accompagnée le mardi 14 février à 11 heures,                                                          au cimetière de Saint-Jean-Lespinasse, où elle a rejoint son époux Peter.

Les membres du bureau                                                                                               Association Orlando

La saison 2016

7 Juillet 2016 , Rédigé par l'Espace Orlando

L'Espace Culturel Orlando

depuis sa création en 2007, présente des artistes contemporains d'expressions diverses ainsi que l'oeuvre du couple d'artistes Denise et Peter Orlando.

 

Le bâtiment dans lequel la circulation est aisée pour tous les visiteurs (monte-personne disponible), est doté de volumes d'exposition sur 3 niveaux : l'Atelier, la Salle Orlando et la Mezzanine

 

Expositions à l’Espace culturel Orlando.

du 1er juillet au 11 septembre 2016.

Téléphone : 05 65 38 74 33 – site Internet : http://espaceorlando.over-blog.fr

Entrée libre / Parking / Accès aux personnes à mobilité réduite

 

Du 1er au 30 juillet, tous les jours sauf lundi, de 15 à 19 heures

- Jean Lurçat : « L’homme et son univers »   Lithographies

Dans le cadre de manifestations diverses en France (à Paris, Angers, Aubusson et dans le Lot, en particulier en Pays de Saint-Céré) et en Allemagne, l’artiste Jean Lurçat, est célébré à l’occasion du cinquantenaire de son décès.

L’Espace Orlando s’y associe grâce à une exposition inédite de lithographies originales. Ces œuvres proviennent de la Fondation Paul Ludwig, hébergée au Jean Lurçat Museum d’Eppelborn, en Allemagne. Elles sont issues d’une riche collection de tableaux, dessins, lithographies, tapisseries, céramiques et documents, couvrant tous les domaines d’expression de l’artiste Français.

Jean Lurçat réalisa ses lithographies essentiellement en deux périodes distantes. Les premières, peu nombreuses, seront exécutées dans sa jeunesse, une période qui va de 1915 à 1933. Il s’agit surtout de pièces destinées à ses livres illustrés. Les sujets sont d’une inspiration surréaliste, poétique, troublante. Les secondes, surtout celles d’après la seconde guerre mondiale, sont plus nombreuses ; les sujets sont proches de ceux qui l’inspirent pour ses tapisseries. Les coqs, les animaux, dans un fabuleux bestiaire, les plantes, ou le soleil et la lune, interprétés comme des personnages, sont les sujets récurrents, colorés et poétiques.

Les œuvres exposées à l’Espace Orlando couvrent la totalité de la production de l’artiste. Elles sont présentées en trois thèmes : Animalité, Paysages et L’homme et son univers, distribués sur les trois niveaux de l’Espace Orlando.

voir l'album de jean Lurçat

Du 3 au 15 août, tous les jours, exposition de 15 heures à 19 heures

- Anne Touquet : « Après la montée des eaux » dessins et gravures

Anne Touquet est née en 1979 ; elle vit et travaille à Paris.

Sa formation :

En 2003, Diplôme de l’ENSAD (Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris), avec mention.

Depuis 2011, Atelier pour l’estampe et l’art populaire, auprès de Raoul Velasco, Paris

Anne Touquet s’exprime sur son art :

« Ma pratique artistique évoque un univers chargé de rencontres et d’errances, aussi bien physiques que mentales. Ma perception est un décor à transformation où la frontière entre réalité et fiction est poreuse. La circulation et la réinterprétation des images sont au fondement de ma démarche, qui se déploie vers des convergences dessin / installation. Je construis des univers ambigus qui traduisent une possible interversion du réel et du fictif. Tracés, gravure, gaufrage, moulage : mes œuvres portent en elles l’empreinte du geste ou d’une présence et nous transportent dans différentes narrations, différents espaces, différentes temporalités.

Site Internet de l’artiste : http://www.annetouquet.com

voir l'album d'Anne Touquet

 

Du 18 août au 11 septembre, tous les jours sauf lundi, de 15 heures à 19 heures

- Nathalie Autour : « Horizons nouveaux »  peinture.

Nathalie Autour est née en 1962 ; ses attaches Lotoises viennent de sa mère originaire de Saint-Jean-Lespinasse. Elle vit et travaille aujourd’hui à Paris, sur la butte Montmartre.

Dès son enfance Nathalie dessine et peint avec passion.

En 1981, après trois années d’études à l’Ecole Supérieure des Arts Modernes de Paris, elle entreprend un parcours professionnel dans l’architecture d’intérieur et le design. Au début des années 2000 l’artiste crée ses premières œuvres de grand format.

« Horizons Nouveaux » : un besoin d’évasion !

C’est l’exigence d’un travail profond, l’expression d’une force intérieure mêlée de violence et de résignation ; l’artiste recherche l’apaisement dans ses nouvelles œuvres.

Trois familles de couleurs majeures caractérisent son travail : les noirs bleutés, les blancs, les ocres rouges. A chacune son parti pris, son effet de matière. De subtiles nuances apparaissent, jusqu'aux transparences, avec une luminosité omniprésente, élégante et naturelle."

Site Internet de l’artiste : http://art-nath.over-blog.com

voir l'album de Nathalie Autour

 

Du 3 au 15 août et du 18 août au 11 septembre.

« Céramique Orla (1953-1968) » Céramiques et design

Pendant cette période, la mezzanine est dédiée à la présentation d’une sélection de pièces de faïence de Peter et Denise Orlando, issues de la donation faite à la commune de Saint-Jean-Lespinasse en 2004, et de prêts de collectionneurs privés.

Nous sommes à Paris au début des années 1950. Après la guerre, la France se reconstruit. D'un côté, les pragmatiques bâtissent, relancent la production, l'industrie. D'un autre côté, les penseurs, les artistes, les intellectuels laissent épanouir leur propre renouvellement.

Les arts décoratifs, les métiers d'art qui souvent seront rattachés au « design », sont en plein essor. De nombreux céramistes perpétuent la tradition (poteries ou faïences utilitaires, carrelages décoratifs ou fonctionnels), ou innovent avec des objets réinterprétés, de formes et couleurs inédites.

Peter Orlando (1921-2009) américain échoué en France, épouse au sortir de la guerre Denise Delgoulet, jeune Parisienne de son âge. Il mène de front sa carrière de peintre et une production de pièces d'usage en céramique avec son épouse: services pour la table, vases, lampes, tables basses. Très vite il se distingue par des formes non conventionnelles, par le mariage maîtrisé de motifs abstraits et de couleurs fortes. Dans les années 50 et 60, c'est à la mode, mais aussi d'avant-garde; il faut séduire une clientèle « éclairée ». L'atelier Parisien de céramique Orla ouvre en 1953 ; il sera fermé en 1968, laissant à Peter Orlando toute latitude pour se consacrer exclusivement à la peinture. A présent, depuis deux décennies, les amateurs et les nostalgiques du design passé redécouvrent les créations du couple.

 

voir quelques céramiques de Peter et Denise Orlando

 

La saison 2015

17 Mai 2015 , Rédigé par l'Espace Orlando Publié dans #La saison 2015

 

  

Pour l’été 2015 :

Peter Orlando (1921-2009) reste bien entendu à l’honneur cette saison. Une sélection de peintures à l’huile, issues de la donation faite par l’artiste en 2004, est présentée à la mezzanine, qui surplombe la Salle Orlando. De là les visiteurs pourront découvrir ses toiles et en même temps observer de haut les œuvres accrochées par les exposants. Des natures mortes et des paysages de Peter Orlando, certains visibles pour la première fois, sont représentatifs des sujets préférés de l’artiste qui croquait les vues extérieures dans des carnets avant de les peindre, ou saisissait les objets d’intérieur directement dans son atelier.

voir le détail de l'expo sur Peter Orlando  

L'Espace Orlando met à la disposition de quatre artistes, les deux volumes de l'Atelier et de la salle Orlando :

De ses voyages, Daniel ROBLIN, photographe, nous montre des scènes fortes et parfois dérangeantes.

Marie BORALEVI et Olivier MORIETTE présentent leurs oeuvres de peintures, gravure, dessin.

Thierry JAUD expose des tableaux qu'il qualifie de "subjectifs" et un ensemble de sculptures dont le matériau principal est l'ardoise. 

voir le détail de l'expo 2015 :

http://espaceorlando.over-blog.fr/pages/Les_artistes_de_la_saison_2015-9022797.html

 

 

 

ESPACE ORLANDO  

 

Place de l’Eglise – 46400 Saint-Jean-Lespinasse (à 2km de Saint-Céré).

Tel 05 65 38 74 33 – http://espaceorlando.over-blog.fr

 

 

Ouverture du 15 juillet au 13 septembre 2015, tous les jours sauf lundi,

de 15 heures à 19 heures.

Entrée libre.

Accès aux personnes à mobilité réduite

Parking.   

 

Eté 2014 à l'Espace Orlando, Saint-Jean-Lespinasse, Lot

3 Août 2014 , Rédigé par l'Espace Orlando Publié dans #Rétrospective 2014

      

 

Pour l’été 2014,

l’Espace Orlando met à disposition de trois artistes qui se succéderont, à la fois l’Atelier et la Salle Orlando, leur ouvrant ainsi des possibilités nouvelles d’accrochage ou d’installation. Françoise Utrel compte bien sur l’intérêt de ces volumes, pour nous présenter une installation inédite dans l’Atelier ; René Vidal accrochera des œuvres aux murs et pourra aussi suspendre des pièces aériennes, à voir de tous côtés ; Matox mettra à profit les surfaces disponibles pour présenter aux amateurs des toiles d’une dimension supérieure à celle que l’Atelier aurait pu accueillir.  

Peter Orlando (1921-2009) reste bien entendu à l’honneur cette saison. Une sélection de peintures à l’huile, issues de la donation faite par l’artiste en 2004, est présentée à la mezzanine, qui surplombe la Salle Orlando. De là les visiteurs pourront découvrir ses toiles et en même temps observer de haut les œuvres accrochées par les exposants. Des natures mortes et des paysages de Peter Orlando, certains visibles pour la première fois, sont représentatifs des sujets préférés de l’artiste qui croquait les vues extérieures dans des carnets avant de les peindre, ou saisissait les objets d’intérieur directement dans son atelier.

 

voir le détail de l'expo sur Peter Orlando  

 

Les œuvres de Françoise Utrel, puis de René Vidal, enfin de Matox, à voir, à revoir, et disponibles à l’acquisition par les amateurs, côtoieront les toiles de P. Orlando, propriétés de la Commune de Saint-Jean-Lespinasse. L’ensemble de l’Espace Orlando sera visitable en accès libre et rappelons-le, accessible aux personnes à mobilité réduite

voir le détail des expos :
http://espaceorlando.over-blog.fr/pages/Trois_expositions_dartistes_contemporains-8963256.html

 

   

 Peter ORLANDO - vers 1970

Peter Orlando (1921-2009). « Peintures de la donation»,              paysages et natures mortes, Peintures à l’huile.                                          du 19 juillet au 21 septembre    

 

 

 

 

                         aff-Utrel    

Françoise Utrel. « Emergences».

Peinture et  installation, du 19 juillet au 10 août.   

 

 

 

 

 

 

  aff-vidal  

 

René Vidal. « Tondi, mandorles, cafés quotidiens ».

Sculptures et collages, du 12 au 29 août.  

 

 

 

 

 

 aff-matox    

 

Matox. « Symphographies ».

Calligraphies abstraites, du 30 août au 21 septembre.  

 

 

 

 

 

 

la saison 2013

16 Juillet 2013 , Rédigé par l'Espace Orlando Publié dans #Rétrospective 2013

affiche 2013 (10)

 

L'Espace Culturel Orlando, depuis sa création en 2007, présente l'oeuvre du couple d'artistes Denise et Peter Orlando.

L'exposition de l'année dernière fut centrée sur les toiles et lithographies aux sujets floraux de Peter, né en 1921 aux U.S.A. et décédé à Saint-Céré en 2009.

                                                           

Pour l'été 2013, l'exposition "Carnets de voyages" est dédiée à un sujet que Peter Orlando a longtemps affectionné, celui des paysages ou des "vues d'extérieur". Il s'agit de toiles peintes à l'huile, en atelier au retour de divers voyages en France et au Portugal. Le visiteur découvre les croquis dans de grands carnets et certaines toiles exécutées d'après ces dessins. La technique très délicate, très appliquée du peintre, nous les offre dans les subtilités des couleurs et des nuances que l'on devine parfois éloignées de la vérité. Les touches minutieuses de peinture, appliquée au couteau, participent pleinement au charme : une atmosphère calme, une quiétude que rien ne perturbe. Le ciel est toujours uniforme, les nuages en sont absents, de même que le vent ; chez Orlando, la sérénité est dominante. Il aime particulièrement le côté graphique et la place des maisons, des bateaux, des monuments dans les paysages qu'il compose. Le regard du peintre rend admirable un sujet qui nous aurait probablement paru banal ...

 

La facture de Peter Orlando est celle d'un courant de l'après-guerre que l'on appelle "la réalité poétique". Un monde étrange et idéal, où la réalité est présente, mais juste effleurée, où la poésie est celle qui nous renvoie des images à mi-chemin entre notre monde et un autre, presque naïf et onirique. 

 

L'atelier de céramique ORLA (Paris, période 1955 -1968)  est également présent, avec ses pièces de faïence de formes peu conventionnelles et de décors abstraits qui ont fait jusqu'à ce jour leur réputation.

Dans les vitrines, une variété de modèles et décors, tous uniques car exécutés à la main et sans motif à dupliquer. Egalement quelques rares décors floraux réalisés par Denise Orlando sur des pièces créées par son époux Peter.

 

aux personnes à mobilité réduite

 

Texte de l'exposition "Carnets de voyage" :

 http://espaceorlando.over-blog.fr/pages/2013_Texte_de_lexposition_Carnets_de_voyages-8725437.html

La saison 2012

7 Juillet 2012 , Rédigé par l'Espace Orlando Publié dans #Rétrospective 2012

 

    

affiche-Riol-2012.(haut)

 

 

     La présente exposition nous offre les fleurs des lithographies et des peintures à l'huile, produites tout au long de la carrière de l'artiste. Aucun croquis, aucun dessin préparatoire sur papier, car les natures mortes n'avaient pas leur place dans les carnets : elles étaient tracées directement au fusain sur la toile .

 

    La facture de Peter Orlando est celle d'un courant de l'après-guerre que l'on appelle

"la réalité poétique". Un monde étrange et idéal, où la réalité est présente, mais juste effleurée, où la poésie est celle qui nous renvoie des images à mi-chemin entre notre monde et un autre, presque naïf et onirique. Roger Limouse (1884-1990) et Maurice Brianchon  (1899-1979), deux maîtres d'atelier à l'Ecole des beaux-arts de Paris, ont apprécié et encouragé Orlando à développer son style.

 

Peter Orlando (1921-2009)

Denise Orlando (née en 1921)

 

 

affiche-Riol-2012.(pensée)

 

Texte de l'exposition "Fleurs et soleils" :

http://espaceorlando.over-blog.fr/pages/2012_Texte_de_lExposition_Fleurs_et_soleils-8042917.html

  

 

La saison 2011

20 Avril 2011 , Rédigé par l'Espace Orlando Publié dans #Rétrospective 2011

 

Une vie, deux artistes

  Peter Orlando 1921-2009

 

Peter Orlando, est-ce le peintre des paysages sereins de France et du Portugal, des natures mortes très figuratives, parfois même proches de l'hyper réalisme ?

Orlando ou Orla, est-ce le céramiste des années 50-60, créateur de formes épurées, stylisées, de motifs abstraits aux couleurs intenses ?

En une vie, il y eut 2 artistes. 

L'exposition de l'été 2011 sera rétrospective et biographique, illustrée de documents et accompagnée d'oeuvres de Peter Orlando : dessins, pastels, céramiques, peintures, estampes.

       

 

 Kakemono

    

Texte de l'expo "Une vie, deux artistes" : 
http://espaceorlando.over-blog.fr/pages/2011_Texte_de_lexposition_Une_vie_deux_artistes_Peter_Orlando_19212009-5016405.html

La saison 2010 est lancée

31 Juillet 2010 , Rédigé par l'Espace Orlando Publié dans #Rétrospective 2010

Exposition « ORLANDO, CÉRAMIQUES d'EXCEPTION ».

 

 

du 10/07 au 19/09/2010, de 15h00 à 19h00, tous les jours.

 

 

Tarif : Adultes 2 €, étudiants 1 €, moins de 18 ans gratuit. 

 

  10 Affiche

 

L’exposition de l’été 2010, qui a débuté le 10 juillet dernier, présente, pour la première fois réunies en exposition publique, des pièces rares, car sorties des cabinets de collectionneurs avisés.

Produites aux ateliers ORLANDO entre 1952 et 1968, des faïences d’usage (services de table, vases, flacons, etc.), des céramiques décoratives (décors muraux, plateaux de tables basses), furent sujets d’inspiration pour Denise et Peter Orlando. Des formes téméraires et innovantes et surtout des décors uniques, originaux pour chaque pièce.

ORLANDO et ORLA : deux signatures qui ont acquis une belle place dans le monde des amateurs d’art, auprès des marchands et collectionneurs de design des années 1950-1960.

 

Un accrochage de tableaux et de lithographies de Peter Orlando accompagne sur les cimaises les objets produits par le couple.

 

Le texte de l'exposition, photos,

 

Une page est tournée : Peter nous a quitté :
http://espaceorlando.over-blog.fr/pages/Une-page-est-tournee-3471703.html 

Une page est tournée

30 Décembre 2009 , Rédigé par l'Espace Orlando

Peter mai2005t m 

Peter Orlando s'est éteint le 29 novembre 2009 à Saint Céré, quelque temps après son 88ème anniversaire. Au terme d'une existence consacrée à la création artistique, celle du dessin, de la céramique, de la peinture, l'énergie subitement a quitté le corps et l'esprit de l'homme que l'on pouvait croire inépuisable.

Sa dernière toile inachevée est encore sur le chevalet. Depuis des mois Peter ne remonte plus à l'atelier. Il a conscience de sa faiblesse, de son talent qui s'épuise avec l'âge. Sans un mot, dignement, il s'éloigne des châssis, des brosses, des couleurs en tubes, des senteurs familières de l'huile et des solvants. Il se retire dans l'univers rassurant du foyer, près de son épouse Denise, entouré des tableaux qui tapissent les murs de la maison.

L'année même où l'Association Orlando lui consacre une exposition "Oeuvres de Jeunesse", Peter nous quitte. Une page est tournée, celle de l'artiste qui nous émerveillait de ses toiles nouvelles. Mais le livre n'est pas fermé.

D'autres pages s'offrent à nous.

Ce sont les pages qui pourront être écrites avec  vous. Celles qui restent à écrire. Ensemble nous mènerons notre mission : renouveler sans cesse le charme et l'émerveillement, raviver le souvenir, faire partager à toutes les générations le plaisir de créer qui a animé l'homme simple, l'artiste modeste qui ne parlait pas de lui, mais qui laissait ses oeuvres parler à sa place.

L'Espace Orlando à Saint Jean Lespinasse, les membres de l'Association Orlando, les amateurs et les visiteurs seront les héritiers de Peter.

1 2 > >>