Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié depuis Overblog

Rédigé par l'Espace Orlando

 

L’Espace Orlando, depuis sa création en 2007, a présenté des artistes contemporains d’expressions diverses ainsi que l’œuvre du couple d’artistes Denise et Peter Orlando.

Le bâtiment, dans lequel la circulation est aisée pour tous les visiteurs (monte-personne disponible), est doté de volumes d’exposition sur 3 niveaux.

 

Du 7 juillet au 2 septembre, tous les jours sauf lundi, de 15 à 19 heures

 

 « Jean Lurçat, ses amis, ses élèves »

 

En 2016, l’Espace Orlando a participé aux célébrations du cinquantenaire du décès de Jean Lurçat - dans le cadre de manifestations diverses en France (à Paris, Angers, Aubusson et dans le Lot, en particulier en Pays de Saint-Céré) et en Allemagne - avec une exposition de lithographies du maître. Cette année 2018, du 7 juillet au 2 septembre, l’Espace Orlando présente une exposition inédite, issue de ses recherches et d’un ensemble d’œuvres collectées par les membres du Jean Lurçat Museum d’Eppelborn, en Allemagne, un musée riche de nombreuses créations de l’artiste Français.

 

Il s’agit cette fois de réunir des gouaches, lithographies, gravures, peintures, dessins et des tapisseries, du maître Jean Lurçat et des artistes dont il fut proche.

 

                       

 

  • Au cours de sa carrière, Jean Lurçat a côtoyé de nombreux écrivains, intellectuels, artistes, autant à Paris qu’à l’occasion de ses voyages, et pendant ses années de semi-clandestinité lors de la Seconde Guerre Mondiale. Sa peinture et sa tapisserie seront souvent présentes en galeries, pour des expositions collectives ou thématiques. Pour l’exposition de l’Espace Orlando, « Jean Lurçat, ses amis, ses élèves » des gravures et lithographies de Georges Rouault, André Derain, Louis Marcoussis, Jean Picart Le Doux, Marc Saint-Saëns et autres artistes fréquentés par Jean Lurçat sont accrochées aux cimaises.

 

 

  • A Aubusson et aux Tours Saint-Laurent, Jean Lurçat eut de nombreux assistants – élèves, travaillant sous sa directive pour l’exécution des « cartons » (épreuves grandeur nature sur papier) qui servirent à réaliser des tapisseries en ateliers et manufactures. Parmi eux, certains menèrent une destinée artistique ; plusieurs sont également présents dans cette exposition. Des tapisseries de Michel Tourlière, et Dirk Holger alors jeune élève allemand de Jean Lurçat, sont présentes ; de même que des créations d’artistes restés dans le voisinage de Saint-Céré, tels que Pierre Delclaux, Claude Brizay ou François Mielvaque.

 

                     

 

 

Dom Robert (1907-1997), à l’époque jeune moine bénédictin en l’abbaye d’En Calcat, à Dourgne (Tarn), fut initié à la tapisserie par Jean Lurçat, en 1941. Il a produit de très nombreuses pièces, aux sujets foisonnants, inspirés de la faune et de la flore qu’il observait dans les paysages voisins de la Montagne Noire. Des tapisseries de sa création sont exposées dans la tour maîtresse de l’Atelier-Musée Jean Lurçat à Saint-Laurent-les-Tours, d’avril à fin septembre 2018, dans le cadre de l’exposition « Dom Robert, semeur de joies ». L’Espace Orlando présente simultanément deux lithographies de cet artiste. Ces œuvres sont prêtées par le Musée Dom Robert de Sorèze, dans le Tarn.

 

Quelques oeuvres présentées en 2018 :

http://espaceorlando.over-blog.fr/2018/07/quelques-oeuvres-presentees-2018.html

 

 

Les expressions artistiques de Jean Lurçat (1892-1966) sont évidemment présentes, sous la forme de petites tapisseries, de céramiques et de lithographies. L’exposition réserve par ailleurs la surprise d’œuvres de sa mère Charlotte Lurçat et de Rossane Timotheeff, sa seconde épouse.

 

 

Jean Lurçat est né à Bruyères, Vosges, en 1892. Dès 1912 il fréquente à Paris les milieux artistiques, mais la Première Guerre Mondiale interrompt ses débuts professionnels car il est deux fois engagé dans le conflit. Dès la fin de la guerre la carrière de Jean Lurçat prend forme, l’artiste voyage en Europe, expose, se lie d’amitié avec des peintres et le monde du théâtre. En 1928 on le retrouve aussi bien en Italie qu’aux U.S.A. à New York. Il s’exprime par la peinture, la lithographie, le décor et les costumes de théâtre ; mais c’est surtout la tapisserie qui fera sa réputation, à partir de 1933. Les ateliers d’Aubusson et des Gobelins (Paris) exécuteront des tentures à partir de ses cartons ; les commandes officielles et les acquisitions vont se multiplier. La Seconde Guerre Mondiale ralentira inévitablement sa production. En 1945, après une période d’activité dans le « maquis », au comité de libération du Lot, il acquiert les Tours Saint-Laurent, qui dominent la petite ville de Saint-Céré ; il y élit résidence en alternance avec Paris. Dans le château il réalisera de nombreux cartons de tapisseries. Sa fréquentation des habitants des environs fera de l’artiste une figure locale et populaire. Une grande quantité de cartons qui serviront à réaliser des tapisseries sera exécutée dans les salles d’atelier que l’artiste aménagera dans sa nouvelle demeure. Jean Lurçat décède le 6 janvier 1966, à Saint-Paul-de-Vence. Simone Lurçat, sa veuve, fait don du château au département du Lot. Il deviendra « Atelier-musée Jean Lurçat » en juillet 1988 et sera ouvert à la visite chaque année. Simone Lurçat décède en 2009.

 

 

Commissaires d’exposition : Matthias Marx et Philippe J. Graziano

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :